Tout comme le dessin spontané ou la parole, l’association libre chez les plus grands, le jeu, spontané,  est un canal privilégié pour accéder à l’intériorité psychique de l’enfant. En effet, grâce à la mise en scène du corps ou d’objets, l’enfant peut exprimer ce qu’il vit. Le jeu est aussi un moyen privilégié pour rendre supportable, un vécu émotionnel difficile, traumatique ou anxiogène. Il permet ainsi de faire baisser l’excitation pulsionnelle. Le jeu favorise également l’expression du désir, des joies, des peines et des attentes. Ce n’est donc pas uniquement un mode de distraction exempt de toute difficulté. Il s’agit bel et bien d’un outil thérapeutique dont le psychologue peut se saisir.

Le jeu en psychothérapie de l'enfant , le Revest-les-Eaux, Toulon

 Pourquoi le jeu en psychothérapie ?

Le psychologue est là pour mettre des mots, sur la scène jouée, pour lui trouver une résolution acceptable. En effet, son travail sera de veiller à ce que l’enfant puisse s’exprimer spontanément, en évitant tous les éléments susceptibles de le censurer. Il devra également saisir les éléments internes que l’enfant projette dans le jeu, de l’interpréter, par la parole ou à l’intérieur du jeu lui-même. La construction d’une alliance thérapeutique est importante : l’enfant sera plus à même de s’exprimer dans un climat de confiance. Le psychologue s’attache à contenir l’excitation qui peut avoir lieu lorsque la charge affective est trop importante. 

Pour les enfants, en période de latence (6-11 ans) ou pour les adolescents, le jeu de société, peut être une manière de vivre une situation de dualité. Cela peut s’inscrire dans un travail sur l’affirmation de soi, sur l’agressivité, l’impulsivité, ainsi que le conflit.

En psychothérapie, l’enfant peut se mettre à jouer spontanément en présence de ses parents ou bien lors d’entretiens individuels. C’est souvent l’enfant, qui de lui-même va se saisir des jeux mis à sa disposition. Il pourra alors mettre en place sa propre mise-en-scène.

 Jeu en psychothérapie